albert compris

abercombrie ses effluves dans la ligne quatre.
J’connais ton parfum l’enfant assis le jeune pubère qui s’aère sans retenue aucune sur le quai de la ligne quatre.

La fureur elle s’exprime elle crie elle doit sortir s’étirer sur les lignes imaginées ailleurs, derrière des couvertures de cahier dans le sac qui s’imprègne aussi de l’odeur.
Tu me reproches la fureur la colère.

Odeur du bec de cygne il avait un pénis en bec de cygne le lycéen l’étudiant en éco-marketine il disait. Un béret ce me semble. C’était l’été c’est toujours l’été (ta gueule Marguerite) Un sourire de plusieurs sabots de long. On pouvait y ranger des dents par centaines et ma queue par fois centaines aussi.
aber combri senti parti. Disparu dans les lymbes de l’asociété de con-sommation à être un Albert compris (de tous).
je vous débecte les cygnes odorants. A jamais vos humeurs littérales me renseignent sur votre non-mort.

Publicités