pourquoi j’ai recommencé à écrire à y croire un peu à vouloir vivre le crier.

comme une drogue qu’on aurait évité de prendre mais dont on ressentirait les effets.

tu me fais ça et tu ne le sauras jamais, et quand je dis tu, hein, tu sais bien que.

Advertisements