kranken hause

Ainsi dans ma vie ai-je rencontré un champion, un dandy et un renard.

2 ans avec le dandy, 2 mois avec le champion,  2 jours avec le renard. Même conclusion : il faut fuir les gens heureux, leur optimisme n’est que poudre aux heures. Les trois ont changé ma vie.

Je revendique le droit d’être malheureux ; même si tout va bien, un mec régulier, un toit, toujours pas le sida, j’ai le droit de ne pas aimer la société dans laquelle je traîne mes nippes.

Dans ce beau monde, j’ai choisi le rôle de misanthrope, et je t’emmerde.

Publicités