absurde malade

absurde et malade se disent pareil en allemand : krank.

il y a deux ans, j’ai rencontré un garçon que j’avais pris pour un renard, peut-être référence au renard de Jérémy qui avait fui de sa poche. Où bien l’avait-il perdu et il ne l’avait jamais dit.

Ce renard donc, m’avait bien aimé, et j’avais eu peur car j’ai peur des gens qui m’aime bien. C’est Paris qui fait ça me dit Alvin. La multiplication des culs fait qu’on s’attache moins.

Deux jours après notre rencontre, le renard avait senti que l’adopter je ne pouvais point. Disparu le renard.

Deux plus tard, samedi matin, 11h, je retrouve le renard. Nous allons voir les bêtes ensemble. Il aime et pleure à la fin. Il a coupé ses cheveux.

2 jours passent, et je remets à 2 ans encore, notre 2ème rendez-vous. Dans l’interligne précédent se cache un regret infini et une joie formidable, celle d’avoir retrouvé ma capacité à faire s’exalter mon cerval.

Mon cerval qui s’emballe.

Yeah !

Advertisements

5 réflexions sur “absurde malade

Les commentaires sont fermés.