paradis douteux

réflexion brouillon saison

il n’y a plus de saison

il fait très chaud en france sur la terre. le vois tu le sais tu.

les arbres pleuvent déjà leurs extensions verticales, j’ai vu des arbres pleurer dans vincennes

quand il n y a plus rien à dire à écrire à se dire ne reste que l’attente

dans le doute, je vois des raisons de brûler tout, c’est à dire rien.

je vois des raisons d’écrire qu’il n’y a plus rien à écrire, c’est à dire tout.

Advertisements

Une réflexion sur “paradis douteux

  1. Matoo says:

    J’aimerais avoir le talent pour écrire une phrase finale aussi belle.
    Chapeau Parapluie (sera mon ultime commentaire). 🙂

Les commentaires sont fermés.