for once

–  Dis moi, Tom, c’est quoi l’Amour ?

Le big one, avec un grand A devant ?

Mon cher Parapluie, je ne sais pas qui tu es, ni d’ailleurs, trop qui je suis.

Je suis sur des pixels sur un écran, du noir et du blanc, et derrière les pixels quelques condensateurs quis’agitent au gré de régimes très transitoires.

L’Amour tu disais, c’est cacher dans une relation sociale toute la vanité et l’orgueil d’une vie, c’est la mascarade formidable, l’absurdité par excellence, si tant est qu’on puisse faire un classement tellement nos existences sont absurdes.

Ce matin, Parapluie, je me réveillais avec l’impression désagréable d’être posé sur le rebord d’une baignoire, comme ces canards en plastique dont tu fais l’exposition dans ta salle de bain. Un de plus parmi la masse des canards, posé, à l’arrêt, mort et affublé d’un étrange rictus en forme de sourire.

Les vrais canards ne sourient pas. Réflexion idiote, me diras-tu ?

Publicités

Une réflexion sur “for once

Les commentaires sont fermés.