projectiles

si ce n’avait été une poignée de cerises vertes que nous avaient lancés le groupe de banlieusards, mais de vrais projectiles de mecs,  je pense que j’aurais porté plainte. Une lapidation fruitée, ce ne serait jamais classé dans les agressions homophobes (surtout quand on lit ceci). Tout se passe comme si le problème, c’était de mettre son zizi dans un anus.

En fait, je le mettrais dans un chien mort, tout le monde s’en foutrait. Ce sont comme ces bons conseils, dont un jeune africain nous a fait grace une nuit, sur les quais, en face de l’hôtel de ville : chez vous, vous faites ce que vous voulez, mais évitez de faire ça devant nous. Avec une fille OK, mais là, quand même, c’est abusé.

Notre chère police aurait-elle pris une plainte pour ces conseils que j’ai pris comme une insulte à ma liberté ? Mais une humiliation suffit, je ne porterais pas plainte. Des cerises vertes, c’est dur.

Publicités

3 réflexions sur “projectiles

  1. Ouais, vous êtes tombés sur des cons et malheureusement ils sont légions.
    Ceci étant dit, y’a aussi des homos dans la Police.

Les commentaires sont fermés.