la sorcière

Dans le film il y a toujours une sorcière, le personnage de la quête qui donne le très bon conseil, au mauvais moment. Une heure après, on se dit, ah, mais oui, la sorcière l’avait dit. Cette sorcière, c’est la noire dans Matrix, l’espèce de chat dans Alice au pays des merveilles, ou Falcor dans The Neverending Story.

Dans le film de ma vie, new release, la sorcière a fait – discrètement – son apparition. Dans le brouillard d’un fumoir de bar gay, elle m’observait pour m’agresser d’un « Les amoureux, vous êtes jeunes. », et me glisser dans le coin de l’oreille, ma préférée d’oreille (la droite), qu’il fallait « faire attention aux garçons aux cheveux longs ».

Plus tard, je lui demandais si elle était la sorcière de mon film. Elle me répondait que oui, et que je devais m’interroger sur le véritable héros de mon film.

Moi, évidemment, lui disais-je.

J’ écoute : Tigerlily de La Roux qui chante «  Tonight out on the streets I’m gonna follow you Tell you all about a scene That you would kill for You’re gonna love what’s Burning right in front of you But you won’t see it By the light of the sun « 

Publicités