c’est mort

Amusant que ce blog fasse autant de trafic allumé qu’éteint.
Aujourd’hui, j’ai pensé à Aurore. Une jeune lycéenne, de l’époque ou j’étais lycéen –  je devrais dire camarade de classe. C’était en terminale, A ou B, je ne sais pas. J’étais dans un petit lycée de province, si petit et privé que les niveaux se comptaient par lettres.
Elle était blonde et d’une maigreur comparable à celle des insectes qui ressemblent à des bouts de bois. Je revois très bien ces joues creuses à la Nacht und Nebel. D’une ingénuité remarquable – elle triplait sa terminale – elle avait l’intelligence de n’être que bête. Et handicapée sociale. C’est la fille qui jamais ne m’a parut sincère, autant dans sa façon de mouvoir ces membres en allumettes que de communiquer, avec cette voix miraculeusement grave.

C’est, je pense, l’une des rares personnes que je n’ai su accompagner.

Advertisements

Une réflexion sur “c’est mort

Les commentaires sont fermés.