Paradoxe temporel.

4h17, hier, fin de l’épisode 23. En VOST, j’ai compris Heroes, Tome 1.

L’un des personnages a le pouvoir de voyager dans le temps, en courbant l’espace-temps. Ce personnage, Hiro, retourne dans le passé pour prévenir son homologue de la proximité d’évènements facheux pour l’humanité (i.e. une bombe nucléaire sur New York). L’homologue du passé, qui est celui du présent de notre point de vue, voyage peu après dans le futur et rencontre de nouveau son « futur lui ». Ils se font arrêter par le FBI à cet instant.

Paradoxe : Hiro du futur, ayant déjà vécu cette scène par le passé (se recontrer dans le futur), aurait dû éviter cette arrestation. Ce n’est pas la cas.

D’où vient le problème ? Et si le Hiro du passé s’était fait tuer par l’agence fédérale, dans le futur, qu’adviendrait-il du futur Hiro ? Plusieurs physiciens se sont interrogés sur la possibilité, le voyage dans le temps postulé, de tuer son grand-père. La contradiction évidente, on a pensé que le voyage dans le temps était impossible. Kip Thorne (physicien théoricien américain) entreprit à la fin des années 1980 d’étudier un système très simple constitué d’un billard, et d’un boule de billard.

Supposons que nous ayons conçu un billard qui autorise les voyage temporels, à l’aide d’un trou de ver (objet théorique qui permet ces voyages) qui relirait deux trous du billard. Un voyage à travers ce trou de ver, tel que le permet la relativité générale, se passe ainsi :

L’observateur pousse sur la boule de billard, qui se dirige vers le premier trou, entrée du trou de ver. Le trou de ver est tel que la boule, une fois y avoir pénétré, ressort immédiatement (par rapport à elle-même) par un autre trou du billard. Le trou de ver lui fait remonter le temps, disons d’une seconde. Or, si les trous sont bien choisis, il est possible que la boule émergeant du trou percute la boule qui se dirige vers l’entrée du trou de ver.

L’intérêt de cette expérience de pensée est qu’elle met en évidence le paradoxe dans le cas d’un système plus simple qu’un petit-fils qui tuerait son grand père dans le passé, ou d’un héro japonnais qui désire sauver le monde, et accessoirement, la cheerleader. Mais il se trouve qu’il existe une infinité de possibilités pour que la boule émergeante ne rencontre pas sa jumelle, ou qu’elle la rencontre sans a dévier suffisamment pour qu’elle évite l’engtrée du trou de ver. Le paradoxe n’en est donc pas un. Thorne ne trouva aucune situation, en interprétant les équations de la relativité générale, où le paradoxe n’est pas évitable.

Advertisements

Une réflexion sur “Paradoxe temporel.

Les commentaires sont fermés.