Magic mushrooms.

Entre le chocolat de chez Australian et le gouda au cumin, il y avait ces champignons mexicains qu’on vend dans la rue, en vitrine.

Effets difficiles à décrire, ineffants roses.

Les hallucinations n’en sont pas, la perception est changée. Le rouge peut inspirer la colère ou la tiédeur d’une vulve, c’est selon. Catalyseurs de pensées, je ferme les yeux donc je pense. Quand je les rouvre, la chambre n’a pas bougé, dans ce décor il m’apparaît différent.

Alacrités subtiles, son vit comme une trompe de lépidoptère et je suis une fleur, un lys une jonquille, quelques-unes avec ces pétales drus. Me laisser prendre, je ne sais. Je retiens.

Dormir est impossible. Les visions s’enchaînent et enferment. Pique-nique salutaire à 4h du matin, Miel Pops et Choco rice. Je pense à ceux qui ont écrit dessiné créé sous prod. Tricheurs.

On pourrait m’appeler, je veux dire, au téléphone. Et me dire quoi ? I’m high.

Publicités

2 réflexions sur “Magic mushrooms.

Les commentaires sont fermés.