Siné hebdo, Siné (c)-anar-(d)-s

Siné hebdo.

Siné, c’est le garçon qui a tenu des propos antisémites dans un journal de gauche, qui s’est fait virer, et qui s’est fait défendre par toute l’intellingentsia bloguesque 2.0 de mes couilles. Leur argument : Siné n’ést pas antisémite. Sans doute avaient-ils oublié queVal a juste viré un dessinateur vieillisant qui avait tenu des propos antisémites, sans jamais invoquer l’idée qu’il le fût. Moi-même ne suis pas raciste, mais je sais que j’ai des pensées racistes, parfois même des propos racistes. Je sais et j’apprends jour après jour à les réprimer, et à combattre ce foutu déterminisme que 20 ans de province, loin de tout noir, juif ou mosquée, et proche de mon raciste de père avaient mis en moi.

Siné hebdo, qui se dit subversif et indiscipliné, sort un canard aux plumes semblables à celles de Charlie hebdo : même format, même couleur, même odeur, même propension à l’humour sur les juifs, les femmes enceintes, les PD et les arabes. L’odeur du papier n’est finalement pas si différente. Je comprends le reproche qu’on a pu faire à Val, son intellectualisme et sa bien-pensance, et surtout son besoin vaniteux de piloter sa ligne éditoriale pour qu’elle colle à la bien-pensance de la pensée subversive. Faire du subversif, mais du subversif qui colle à l’idée du subversif, faire du subversif attendu. C’est aussi la critique principale que j’ai à faire de S.H. Car si on oublie le personnage Val, son canard à lui est plutôt bon, pleins d’articles plutôt documentés (parfois très « hard »), sur des sujets qui ne font pas la une, et qui ne s’en targuent pas. Val, vaniteux, certainement, mais il ne s’en vante pas.

Avec Siné hebdo, c’est autre chose. On est subversif, et on en fait la publicité, comme on vanterait les effets anti-caries d’un dentifrice. Passé la couche superficielle de guerre des boutons journalistique, que reste-t-il de Siné hebdo ? Pas grand chose.

Le journal a été réalisé sur un coin de comptoir, entre deux hôtels. Tous les chroniqueurs le disent, parlent de leur vacances, de leur fierté d’écrire dans un journal vraiment subversif, vraiment qu’est pas comme les autres. Mais, euh, les gars, c’est vous le journal subversif ! Alors faites-le ! Le dire c’est bien, le faire , c’est mieux non ? (me voici moi-même subversif, peut-être une place de pigiste dans S.H.). Quelques-uns tentent le coup, des commentateurs influents et fins de la vie politique française, des gens de confiance et de culture : Didier Porte, Isabelle Alonzo, Noël Godin, Christophe Alévêque. Ne manque que Steevy et on se serait cru chez Ruquier. Mauvaise langue ! Il y a Onfray : il nous parle crétins utiles, un billet d’humeur presque anachronique qui a certainement été écrit en juillet, qu’on pourrait résumer par « attention, il y a des cons, et ils le cachent ! ». Il y a Bedos, qui a l’obligeance de ne pas jouer au chroniqueur, et nous raconte ses vacances (au moins, il ne ment pas, l’article est daté : août 2008).

Quant aux thèmes abordés, on frôle la chronique politique de VSD : Dati enceinte à chaque page ! Le terme « anars » est redondant, accompagnée de la chronique « réac de gauche » et ex-soixante-huitards alcoolique, des dessins avec du dégueulis et de la merde à chaque étage, de la critique du pouvoir non argumentée (et surtout, non documentée, vu qu’il fallait sortir l’hebdo à la va vite), de la promo anars en veux-tu?-en-voilà (ATAC, mai 68…). Tout ça, dans le but, j’imagine, de justifier l’étiquette « subversif » qu’ils ont collée sur la couverture.

Imbéciles présomptueux ! Combattre un intellectualisme primaire par un primarisme de primates n’est peut-être pas la solution , surtout quand il faut vendre du papier et écrire des articles, et non casser la gueule à des CRS. Un canard de comptoir, sur des discussions de comptoir.

Siné n’est pas plus antisémite que directeur de publication. Qu’il ait des propos dans ce sens n’y change rien.

Advertisements

12 réflexions sur “Siné hebdo, Siné (c)-anar-(d)-s

  1. UNAL boris says:

    Une chose est évidente si siné n’est pas antisemite,vous vous n’etes pas écrivain…ARRETEZ D’ECRIRE …..DE GRACE!

  2. Parapluie says:

    @UNAL boris
    OK, désolé.
    Alors moi, con que je suis, j’écris comme ça, hein, ça me fait plaisir, et puis c’est gratuit, vous êtes pas obligés de me lire… Et là, ben, je pleure, merci Boris.

  3. Parapluie says:

    @Boris
    Après relecture, Boris, je trouve mon article pas trop pourri, il y a bien pire sur le site !
    Et aussi, non, je ne suis pas écrivain, ce qui n’empêche pas d’avoir des idées et l’envie de les partager. Donc, dans mon cas, que devrais-je faire ? Cacher mes idées, les « garder pour moi », et vous regarder vous entre-tuer, vous, les écrivains.
    Finalement, le blog est le parfait compromis. Je prends plaisir à le faire, à être parfaitement immodeste dans sa rédaction, peut-être, et c’est mon moyen de donner une valeur ajoutée à mes idées.
    Donc, je continue. Désolé.

  4. UNAL boris says:

    Vous n’avez pas à etre désolé….c’était juste un conseil d’ami devant une telle indigence intellectuelle….sans rancune.

  5. UNAL boris says:

    Quant à Onfray lisez le plus profondement.Il vous sera salvateur et vous incitera à tourner sept fois vos idées dans le crane avant de nous les infliger……

  6. Parapluie says:

    Si j’évoque Onfray, c’est parce qu’il a écrit un article microscopique et inutile, selon, mais parfaitement dans l’air du temps et dans la teneur de la « subservité » du canard.
    Rien à voir avec une lecture « profonde » d’Onfray, en effet.

  7. UNAL boris says:

    C’est effectivement bien ce que plus haut j’écris :vous avez une lecture « microscopique » des textes…apanage de l’indigent intellectuel.
    De plus avoir raison n’est pas art mais vérité….

  8. Parapluie says:

    Lecture microscopique d’un texte microscopique.
    Se je ne m’étais pas servi du journal pour protéger la moquette de la peinture (je refais des meubles), je vous aurais reproduit le texte ici.
    Pliz, do not feed the troll !

  9. UNAL boris says:

    Inutile j’ai acheté le journal et j’ai lu l’article depuis deux jours. Pensiez vous que je puisse parler d’un texte ignoré…
    J’aime beaucoup votre cynisme vulgaire (au raz de la moquette)…..cynisme à la petite semaine pour le dire comme Onfray…..BIEN A VOUS

Les commentaires sont fermés.