Il vendait des cartes postales, et puis aussi des crayons.

Tension métropolitaine ce soir, de retour du Fassbinder projeté à la Villette.

Ma future meilleure amie qui complote avec le directeur de la Filmo, mais chut. Je l’ai écrit, c’est pour plus tard.

Amitié. J’avais lu ça dans Ethique à Nicomaque. L’amitié s’entretient par les petits cadeaux. Le souvenir de ma lecture de cette phrase, lecture au premier degré, m’est revenue, ce soir. Ces petits cadeaux dans le cadre du couple d’amis pacsés : chacun paye, régulièrement, et le premier fauché accepte tacitement la charité de l’autre. Ces petits cadeaux s’inscrivent dans le quotidien, comme autant de rituels sacrés qui remplissent les relations humaines. Mais sont-ce des cadeaux ? Car l’autre qui profite de l’objet offert, a été témoin de l’acquisition par l’offrant, ce qui lui enlève dans l’inconscient sa valeur délibérée. C’est, je crois, le rôle des papiers cadeaux que de séparer symboliquement l’objet de la main de l’offrant, comme si la main qui avait touché l’argent pourrait souiller l’objet de la dépense.

Dans Ethique à Nicomaque, il y a quelque chose sur l’argent et son rapport à l’amitié. J’ai la flemme de vider le sac de livres. J’installe les étagères demain. Je suis fauché.

Advertisements