Les filles à pédés.

Un billet en appelant un autre, celui-ci m’amène à cette pensée de deux jours âgée.

Une collègue (jeune, sex and rock n’ roll attitude, attitude qui justifie la possibilité d’une amitié professionnelle, ce qui semblait impossible dans mon milieu) m’expliquait, en se grillant une cigarette devant L’Ogre à Plumes, qu’elle était une fille à pédés.

Une fille à pédés, littéralement, bien que l’expression n’apparaisse pas dans le dictionnaire de l’Académie Française (pourtant, certains immortels seraint dit-on au fait des pratiques pédérastes), c’est une fille qui fréquente – malgré elle et de façon quasi-exclusive – la gent homosexuelle. Des pédés, des gays, voire des hétéros, mais refoulés, indiscutablement, obligatoirement. Comme une loi de la nature qu’on tairait à leur naissance, les filles à pédés attirent le fan de Mylène Farmer comme la reine des abeilles sait s’entourer d’asexuées petites ouvrières. Les frelons, mis à l’écart, en sont réduits à agiter de leur dard, mais jamais la reine ne se libère de ses petits acolytes collants et honorer ces scabreuses invitations.

C’est entendu, la vie sexuelle de la fille à pédés est réduite souvent à l’évocation d’un ex, un ex parti en rejoindre une Maïa étrange dans un pays autre. Parce que la fille à pédés, souvent, est une pauvre fille, qui en plus d’être seule, souffrant d’une frustration sexuelle presque pathétique, n’attire que des gays qui jamais ne pourront la combler (en l’aspergeant de leur divine semence, puis en dansant autour, tels que font les hétéros quand ils font l’amour. J’ai lu ça dans un livre, oui, oui.)

Non, la fille à pédés est une fille seule.

Mais accompagnée de folles.

Le pire, pour la fille à pédés, c’est qu’elle souvent tout aussi pédé que ses conasses de copines. Elle réagit non comme une fille, mais comme une tata. Par exemple, récemment, ma copine, elle a fait dans la même journée une expo d’art moderne et Sex and the city le film. Ma copine, elle veut vivre à Paris, et même, pour s’y acheter un appart, s’est pacsée. Avec son coloc. Gay. Bien entendu.

Bref. C’est une bobo, une bourgeoise bof. Une fille à pédé, autrement dit. Et forcément adorable. Et oui, pédé je suis, comment pourrais-je combattre ?

[Image : Les toilettes de l’Ogre, j’en ai pissé de rire]

Publicités

2 réflexions sur “Les filles à pédés.

  1. La FAP est une personne très importante dans la vie des pédés. Tu n’es pas très gentil. Je ne sais pas si tu la mérites. :)))

Les commentaires sont fermés.