Les "Si" en bouteille

Le dimanche 19 Août 2007,
A Nevers.

Chère Vanessa,

Merci encore pour ce prêt salutaire d’appartement. J’ai fuit l’autorité. J’ai fuit les rôdeurs. Dehors.
La nuit dernière, encore, je les entendais. Ils grattent au seuil de ma sagesse, jettent des carcasses dans la flasque aux alouettes. Ils vont même jusqu’à l’attentat, oh oui, ils osent, les attentats àla pudeur! Les pleutres !Ils s’affichent en petite tenue à la fenêtre, feignant l’indifférence, et mon regard. Et mon regard s’y perd.

Ces rôdeurs ne sont pas dangereux. Ils ne sont qu’ombres délaissées, déportées, à achever. Seulement ils remplissent le vide des verres à demi pleins, aiguisent le coin du meuble dans lequel je me cogne chaque matin, perdent ma page dans ces livres où on ne ne la retrouve pas.
Cache leur ces mots, je me dis, cache leur. Fais de ces lettres immatérielles des formules intemporelles. Qu’ils s’y perdent à jamais et n’y reviennent !
Ah ! Les entends-tu, ma belle ? Là,il y en a un. Je sens son regard. Il lisse les mots. Il cherche des réponses, ce soir. Je l’imagine désespéré. Triste. Stoïque.
Déchiffre les lettres, mon bourreau. Abaissez larmes ! A guise, aiguise Armes ! Citoyens.

Je folie. J’ai pris les deux vents, dans mon bateaux à lettres. Là bas, sur le A de Atlantique, on m’a dit. J’ai placé des « Si » dans des bouteilles vides. Commes les poires pour faire de la goutte. Il faut prendre les petits Si, encore verts pour qu’ils rentrent par le goulot. Attends trop et ceux là muriront hors de la bouteille.Puis pourriront.

Transparence. Protection. Gestation. Maturité.

 » Délicatement, fait pénétrer le si dans le verre. Il ne faut pas qu’il se détache, sinon c’est foutu ! », ont-ils ajouté. hier, en pleine nuit, dans la vapeur, j’ai placé des si en bouteilles. Lorsque le vent se lève, les bouteilles s’entrechoquent.
On entend « Et si, et si, et si… ».
Quand le si sera mûr, il se détachera. Mais avant, j’espère qu’à la vue de ces conjonctions particulières,les mauvais rôdeurs prendront la poudre d’escampette. Qu’ils s’y shoutent. Ca fera marcher le commerce local.

Que faire de bouteilles de « si » ? Je ne sais pas. S’ennivrer.

Parapluie

Advertisements

2 réflexions sur “Les "Si" en bouteille

  1. L'Elephant says:

    oh, non, surtout pas s’enivrer avec une bouteille de « si », c’est la gueule de bois assurée! Une bouteille de « si », cela se bouche, cela se capuchonne et cela s’enferme dans un endroit frais et ombragé. Puis, dans quelques années, lorsque le temps et la moisissure auront fait leur effet, tu la rouvriras pour la déguster entre amis…

  2. Cléo says:

    l’éléphant, tu m’otes les mots de la plume.
    les « et si » ne doivent pas représenter des regrets, plutôt de longues rêveries teintées de cette douce nostalgie, comme ces fugitifs souvenirs d’enfance qui nous replongent dans le temps de l’insouciance et font presque regretter d’avoir grandi.
    et si… et si le passé avait été différent, et si le présent en était devenu pire, et si le futur…
    il ne faut jamais rien regretter. assumer nos choix, même les mauvais. et accepter les situations dans lesquelles nous n’avons pas eu notre mot à dire.
    ainsi la vie n’est plus qu’une longue rêverie que nous façonnons au grès des aléas…

    bise à toi

Les commentaires sont fermés.