Le tsunami qui cachait l’iceberg

Le Dimanche 7 juin 2007
A Saint Léger des Vignes

Cher Nicolas,

La ségo quitte le lardon, et c’est dans cette soirée électorale l’information principale.

Malgré l’hypocrisie ambiante sur le plateau de France 2, quelques responsables de partis expliquant que l’information était d’ordre privé, la rupture publique de l’union non officielle de l’ex-futur couple présidentiel ressemble à la cloche de la vigie qui annonce un iceberg. Tel un Leonardo Di Caprio qui décèderait avant le naufrage, François Hollande sort de la vie politique, la queue entre les jambes, le soir d’une nouvelle défaite souriante de son parti.

Quelqu’un a défloré l’omerta journalistique et l’info a été lancée, en plein milieu du débat : elle se casse. L’intervenant de Poitou Charente explique plus tard qu’ici, on apprend la nouvelle, et que même si les journalistes savaient, personne n’avait diffusé l’info. Pourtant, la deuxième info capitale est tombée : à nouveau les médias officiels, ceux qui sont payés avec les impôts du peuple de France, ont gardé sous le coude une nouvelle d’importance. Au nom de quoi ?

Un certain malaise rêgne sur le plateau. On sent qu’une boulette a été faire, mais par qui ? La présentatrice a stipulé que c’était Ségolène qui avait fait l’annonce, pourtant l’intervenant l’a assuré : les journalistes devaient garder l’info jusqu’à mercredi. Car Mercredi sortira un livre d’entretiens avec Ségolène, dans lequel elle explique sa rupture avec François, nous indique Elise Lucet, présentatrice avec Pujadas de la soirée électorale. C’est très flou. Personne, à gauche comme à droite, ne réagit vraiment, sinon en des banalités affligeantes. Quelle est la fin de cette révélation de mi-soirée, qui fait passer le bon score du PS au second plan ? Est-ce une immonde stratégie marketing des éditeurs de Ségolène Royal qui, profitant de l’audience incroyable de ces soirées électorales, en profitent pour un coup de pub formidable ? Les journalistes semblent dans le coup, car ils dégainent immédiatement quelques études commandées à des instituts de sondage (Qui peut succéder à F. Hollande ? Strauss-Kahn pour le Français moyen, Ségolène Royal pour le sympathisant de gauche).

Tout ceci annonce une semaine à venir riche en rebondissements. Quelques sabres vont être dégainés, et sans doute quelques têtes vont tomber. La première victime de la soirée fut Juppé. Un bonheur. J’ai toujours aimé les gens qui perdent, et qui partent avec la classe d’un vainqueur.

As-tu entendu notre concitoyen, Brice Hortefeux, répondre à ses opposants :

 » Vous savez combien de contribuables français quittent la France ? C’est un voire deux par jour, et ce pour le compte du Luxembourg et du Royaume Uni »

Pour ceux qui auraient un doute sur la proximité de Brice avec le peuple d’en bas, voici des rollex remises à l’heure. On sait à quoi il pense quand il visite les centres d’accueil d’immigrés en s’étonnant de leur niveau de français. Sarkozy s’est trompé ! Ce n’est pas un Ministère de l’Immigration et de l’Identité Nationale qu’il fallait donner au Clermontois, mais de l’Emigration et de la Fraude Fiscale. Ainsi, plutôt que de virer les noirs en trop qui font peur à la ménopausée de plus de 60 ans, il travaillerait légalement à ce qui semble l’obséder : le bonheur des riches et leur rapatriement dans l’identité fiscale, euh nationale de la patrie. Comme le reste de ses amis de droite.

Bienvenue dans la France de droite !

Parapluie

Mise à jour : Ségolène Royal n’a pas fait-elle même l’annonce hier soir, l’info est une fuite AFP. La socialiste avait prévu d’attendre mardi matin pour s’exprimer via un entretien exclusif donné à France Inter qui a finalement été diffusé ce matin.

Mise à jour (lu sur rue89) : En fait, la double révélation du livre et de son contenu étaient prévues lundi matin, selon les termes d’un « plan com » décidé entre l’AFP, où travaillent les deux auteurs du livre, et l’éditeur. Ce plan a été torpillé par une « fuite » sur le site de Marianne révélant que Ségolène Royal annoncerait la séparation lundi matin sur France Inter. L’AFP a décidé de sortir sa dépêche dimanche soir pour ne pas se faire « griller » par cette concurrence du web, donnant l’impression de faire un « détournement » de soirée électorale… Dans la soirée de dimanche, Ségolène Royal a déclaré par téléphone à Reuters que « cette divulgation a été faite dès ce soir malgré mon opposition par certains médias ». Elle a annoncé un communiqué commun pour lundi matin.

Publicités

2 réflexions sur “Le tsunami qui cachait l’iceberg

  1. la France de droite
    L’Allemagne de droite
    Le Royaume Uni de la gauche qui ressemble à la droite (on est pas surpris)

    tout ça va nous donner une belle et grandiose alliance
    Saignante

    la gauche
    la droite
    Tout ça ne plus dire grand chose
    Quand on fonce, comme vous dites, dans le mur
    Les yeux ouverts

    bonne journée!
    S.

  2. J’aimerais bien faire un comparatif en parts de voix entre la séparation-dont-on-ne-devait-pas-dire-le-nom et la nouvelle couleur de notre école primaire nationale. Allez, on pari? qui gagne à ton avis?
    Quand j’étais gamin, il y avait trois choses qui animaient les repas de famille à Noël et au jour de l’an: la politique, le cul et l’argent. Ben là, y’a de quoi discuter alimenter (si j’ose dire) les repas de familles des 5 ans à venir. Manquerait plus que la Cécilia aille draguer le pubard encore une fois pour faire exploser les braguettes de nos cerveaux les mieux conservés.

Les commentaires sont fermés.