Claire Bennett et l’épilation

A Clermont Ferrand,
Le mercredi 6 juin 2007.

Cher Pierre-Marie,

Comme je sais que mes histoires de poils te passionnent, et si le cas était contraire je te prierais de me laisser bercer par cette belle illusion, j’ai fait une grande découverte aujourd’hui : j’ai du poil dans les oreilles.
Non ! Pas les gros poils noirs qui sortent des oreilles des vieux qui sont des gens sales qui souvent n’ont plus de dents du tout (je ne serais jamais vieux car d’ici-là, « ils » inventeront le remède à la sénilité) ! Non, je parle des poils auditifs, qui me permettent d’écouter. Tout le monde en a, à vrai dire, mais les autres, je m’en fous. C’est mon prof de physique qui m’a expliqué cela ce matin. J’attendais une petite taquinerie (le prof est taquin, c’est connu) au sujet de ma phobie pilaire, car je le soupçonne d’ouvrir mon courrier parfois. Mais rien.

Ces poils là sont inaccessibles à mon épilateur, j’en ai bien peur. Et puis, mon intelligence exacerbée me prédit que je serais assez ennuyé par la perte de l’ouïe, même si c’est au nom de la Guerre contre le Poil. Je les laisse donc vivre au fond de mon coquillage auriculaire. Ils mourront comme le reste, de toute manière, mais le plus tard possible, hein ? En tout cas après toi.
A ce que j’ai compris, ces poils sont sensibles au spectre sonore : c’est notamment grâce à ce gazon de kératine qu’on perçoit les fréquences, mais non les déphasages. Peu importe.

Je t’entends d’ici ! Non, de non, que vient faire la greluche dans cette histoire? Tu l’as reconnu, c’est Claire, de la série Heroes, qui s’est terminée il y a deux semaines aux Etats-Unis et que tous les gens branchés (oui, Toi, Moi… Les gens branchés) ont déjà vu, ou en tout cas ont fait semblant de voir parce que diffusée en américain (je connais mêmeun garçon qui l’a vu sous titré en malais, et qui faire genre « Ah ouais, je parle cinq langues, dont le malais ! »).
En dehors du fait que cette série déchire sa mère (expression issue d’un patois auvergnat, dans une contrée où ils ont majoritairement voté De Villiers, et qui collent ses affiches sous le viaduc avec leurs bras géants.), elle me pose de nombreux problèmes philosophiques, épistémologiques, voire adiabatiques. Tu te souviens de son pouvoir : c’est d’ailleurs l’ouverture de la série. Dans le premier épisode, on découvre que quelques américains ont hérité d’une tare génétique qui les fait voler, réparer,entendre etc… Tout un lot de capacités spéciales, de pouvoirs magiques en fait. Son pouvoir à elle, c’est se régénérer.

Ma question est : comment fait-elle pour avoir des jambes aussi nettes, frêles et délivrées de toute hostilité bulbeuse, alors que ses poils devraient cicatriser dès qu’on en coupe un morceau ?

Je te laisse sur ce point d’interrogation. J’espère t’y retrouver demain.

Parapluie

Publicités

2 réflexions sur “Claire Bennett et l’épilation

  1. Hmm, en fait tout dépend de fonctionnement réel de son pouvoir… Moi dans mon for intérieur j’étais persuadé que les poils ne se reconstituaient pas (heureusement, car une pom-pom girl avec des jambes de grizzli et deux touffes sous les bras…).
    Enfin oui, tu parles de cicatrisation des poils, et pour moi, il n’y a que les plaies ouvertes qui peuvent vraiment se cicatriser instantanément (même si d’un côté, on voit à plusieurs reprises que les organes de Claire se reconstituent eux aussi, mais ça me ferait mal de dépenser du temps utile à réfléchir plus loin sur ce qui se reconstitue ou non chez Claire).

    Dans un registe un peu plus gore, j’avais lu une réflexion sur un forum qui m’avait fait vraiment rire. Il était question l’hymen de notre chère Cheerleader, qui se reconstituerait logiquement après chaque rapport, et qui lui ferait donc mal à chaque coup…

    D’ailleurs on n’a plus revu Zach depuis longtemps, c’est dommage 😦

Les commentaires sont fermés.